Rencontres et Conférences

Cycle de conférences, lectures et rencontres-dédicaces organisées par les établissements culturels de la ville de Nice : Archives municipales, Bibliothèque municipale, Centre universitaire méditerranéen, service du Patrimoine historique

Conférences

Journées de la mémoire de 1918

MERCREDI 7 ET JEUDI 8 NOVEMBRE 2018 au CUM

Avec la célébration du centenaire de l'armistice du 11 novembre 1918 se clôt le cycle commémoratif du centenaire de la Grande Guerre. Il paraissait utile pour l'édification du grand public d'évoquer quelques-uns des aspects moins bien connus de cette page d'histoire, la place tenue par l'armée française dans la victoire finale, le rôle décisif de l'armée d'Orient, les conditions qui ont abouti à contraindre les empires centraux à déposer les armes, et la mémoire douloureuse de cette guerre à travers l'édification des monuments aux morts.

Modérateur : Yvan Gastaut, maître de conférences en histoire contemporaine à l'Université de Nice

Mercredi 7 Novembre / 14h00

L’ARMÉE FRANÇAISE EN 1918 : UN OUTIL MILITAIRE À SON SUMMUM

par François Cochet, professeur émérite de l'Université de Lorraine-Metz, membre du conseil scientifique national de la Mission du Centenaire, lieutenant-colonel de la réserve citoyenne AIR (Cerpa)

Aussi bien en termes opérationnels, que par la mise en œuvre d'armes nouvelles ou encore par la pratique du combat interarmes, l'armée française n'a strictement plus rien à voir avec son « ancêtre » de 1914. En seulement quatre années de combats, au prix de pertes très élevées, d'innombrables adaptations ont eu lieu, aussi bien dans les approches du terrain, que dans l'emploi des hommes et des matériels. La conférence se donne comme objectif d'analyser les différentes modifications de l'armée française qui en font, en 1918, l'outil militaire le plus performant de son temps.

Mercredi 7 Novembre / 16h00

LE FRONT D'ORIENT 1915-1918

par Max Schiavon, docteur en histoire

De 1915 à 1918, des centaines de milliers d'hommes sont engagés aux Dardanelles et dans les Balkans au sein des armées d'Orient. Ces combats qui comptent parmi les grands épisodes de la Première Guerre mondiales ont pourtant les moins connus. Or c'est bien la victoire éclatante du général Franchet d'Esperey qui contraint la Bulgarie à signer l'armistice le 30 septembre 1918, et enclenche l'effondrement final de l'Allemagne et de l'Autriche-Hongrie. Au moment de commémorer la fin de la Grande Guerre, il était temps d'en reparler.

Jeudi 8 Novembre / 14h00

LE LANGAGE DES PIERRES. LES MONUMENTS AUX MORTS EN FRANCE AUX LENDEMAINS DE LA GRANDE GUERRE

par Jean-Paul Pellegrinetti, professeur en histoire contemporaine à l'Université de Nice, directeur du Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine (CMMC), spécialiste d'histoire politique (XIXe-XXe siècles) et d'histoire sociale de la Grande Guerre

Avec environ 1.400.000 morts, la Grande Guerre est à l'origine d'un traumatisme profond occasionné par les pertes en hommes. En France, pratiquement toutes les familles seront affectées par la mort et le deuil. Du lendemain de la signature de l'Armistice à la veille de la Seconde Guerre mondiale, nombreuses sont les communes françaises qui éprouvent le besoin d'ériger un monument, une stèle, ou d'apposer une plaque sur les murs extérieurs ou intérieurs des églises. Pour la première fois, l'initiative n'est pas venue d'en haut, de l'État, mais d'en bas, de comités locaux et de municipalités. Pour la première fois aussi, ces mémoriaux étaient appelés à exalter le souvenir, non plus des élites, mais des obscurs, d'un peuple qui entrait ainsi dans l'histoire monumentale, celui de communes humbles aussi dont c'était souvent le premier et l'unique monument.

Jeudi 8 Novembre / 16h00

11 NOVEMBRE 1918 : LE SILENCE DES ARMES

par Jean-Pierre Martin, spécialiste d'histoire militaire, auteur de plusieurs ouvrages relatifs aux conflits contemporains ainsi qu'aux sociétés alpines, ancien conservateur du musée des troupes de montagne de Grenoble, lieutenant-colonel (h), président de l'amicale nationale du 22e BCA et des troupes de montagne

Le 11 novembre 1918 est l'une des dates les plus mémorables de notre roman national. Pourtant, à l'été 1918, le sort des armes était loin d'être scellé. Il a fallu attendre l'effondrement politique et militaire des empires pour que cet armistice devienne inéluctable. Il s'agit ici de démonter la succession d'événements qui ont permis de parvenir à ce précaire ii silence des armes.

Au C.U.M (centre universitaire méditerranéen) - 65 Promenade des Anglais - Nice

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Les lieux de mémoire de la Grande guerre autour de Nice

Le samedi 10 novembre 2018 à 15h

par Jean-Louis Panicacci, Université Nice Sophia-Antipolis

Après une recherche menée il y a vingt ans sur les lieux de mémoire de la Deuxième Guerre mondiale dans les Alpes-Maritimes, J.-L. Panicacci s’intéresse aujourd’hui aux traces monumentales laissées par la Première Guerre dont le monument aux morts de Nice, à Rauba-Capeu est le plus emblématique.

Aux Archives municipales - 7/9 avenue de Fabron- Nice

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Archives

Conférences

Les pompiers dans la grande guerre

Le samedi 18 novembre 2017 de 15h à 17h

donnée par le capitaine Alain Bertolo, délégué régional "sud-mediterranée" de la commission "histoire-musée-musique" de la fédération nationale des sapeurs-pompiers de France

Bibliothèque Raoul Mille

Salle libération - 33 avenue Malaussena - Nice

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles

La France a-t-elle raté la paix en 1917 ?

Le 23 mai 2017 à 16h

À l’occasion de la commémoration par la ville de Nice du Centenaire de la Première Guerre mondialeGeorges-Henri Soutou, historien, membre de l’Institut de France

C.U.M 65 Promenade des Anglais, 06000 Nice

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Les Américains à Nice (1880-1940)

Le samedi 11 mars 2017 à 15h

Aux Archives municipales - 7/9 avenue de Fabron- Nice

Entrée libre dans la limité des places disponibles

Renseignements
04 93 86 77 44 ou archives@ville-nice.fr
Bus : arrêt Fabron - Musée d’art naïf
promenade des Anglais : lignes 8,9, 10, 11, 12, 23, 52, 59, 61, 70

Parcours urbain

« Swing and Red Cross, l’Amérique à Nice »

Les mardis 7 mars, 4 avril, 9 mai et 6 juin 2017 à 14h et du 1er juillet au 30 septembre 2017, tous les mardis à 10 h

Parcours commenté sur les pas des Américains
avec les guides conférencières du Centre du patrimoine

Réservations
au Sénat, 14 rue Jules Gilly (Vieux-Nice)
04 92 00 41 90

  • Tarif plein : 5 euros
  • Tarif réduit : 2,5 euros

Lecture

Samedi 23 mai 2015 – 16 h

Lecture de textes de la littérature italienne et piémontaise : poésie, théâtre, chanson populaire, roman et écrits politiques par Renato Giuliani, comedien (Théâtre national de Nice)

Parcours urbain

« L’architecture à Nice à la veille de 1914 : architecture et nature »

Samedi 20 septembre 2014

Parcours commenté

avec le Forum d'urbanisme et d'architecture dans le cadre des Journées européennes du Patrimoine

Colloque littéraire

Passion Guillaume Apollinaire

Vendredi 13 et samedi 14 novembre 2015

A l’occasion de la commémoration par la Ville de Nice du Centenaire de la Première Guerre mondiale, le C.U.M. consacre son colloque littéraire annuel à Guillaume Apollinaire :

« Je me suis engagé sous le plus beau des cieux

Dans Nice la Marine au nom victorieux »

 

Ancien élève du Lycée de Nice, c’est aussi dans notre ville qu’Apollinaire profite de ses derniers mois de liberté avant de rejoindre son régiment en 1914 et qu’il rencontre Lou pour laquelle il a écrit certains de ses plus beaux poèmes.

Durant deux jours, les vendredi 13 et samedi 14 novembre 2015, les spécialistes les plus passionnés viendront célébrer Apollinaire au cours de conférences et de tables rondes, à travers les thèmes suivants :

  • La littérature : Apollinaire et la poésie
  • L’histoire : Apollinaire et la guerre
  • L’amour : Apollinaire et ses muses
  • La Méditerranée : Apollinaire et la Côte d’Azur

au Centre universitaire méditerranéen

Pour en savoir plus : http://cum-nice.org/agenda/passion-guillaume-apollinaire

Conférences

La Grande Guerre des écrivains

Le rendez-vous de l'Alliance française
mardi 17 mai – 16 heures
Table ronde avec Romain Vignest, Jean-Nicolas Corvisier, Luc Fraisse, Patricia Signorile
Modérateur : Geneviève Winter, présidente de l’Alliance française de Nice
S’il est des constantes dans la littérature de guerre, la Première Guerre mondiale, parce qu’elle échappait à tout ce que l’on avait connu jusqu’alors, a profondément bouleversé l’art des écrivains et leur rapport au monde. Ayant mobilisé plusieurs millions de combattants, eux-mêmes massivement instruits par une école publique tout nouvellement instituée, elle a de plus suscité jusqu’à nos jours une production d’une exceptionnelle abondance. Les intervenants s’intéresseront à la manière dont les auteurs français ont, au fil du siècle, vécu, pensé, représenté la Grande Guerre et donneront également un aperçu sur la littérature des autres nations belligérantes et sur la création cinématographique que ces œuvres ont inspirée.

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Au Centre universitaire méditerranéen


1916 : l’année des illusions

Samedi 28 mai, 16h

par Jean-Pierre MARTIN, lieutenant-colonel, docteur en histoire, président de l’amicale nationale du 22e BCA et des troupes de montagne.
1915 fut l’année des grandes déceptions : échecs sanglants en Artois et Champagne, fiasco aux Dardanelles, avancée allemande sur le front russe, génocide arménien, entrée en guerre de l’Italie.
1916 devait être l’année des grandes espérances. Qu’en restait-il à la fin de l’année ?

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

 

Bibliothèque Raoul Mille, salle des associations


La fraternisation dans les tranchées : une rencontre capitale entre le poète français Paul Eluard et le peintre allemand Max Ernst

Mardi 30 septembre 2014 – 17 h
par Colette Guedj, Université Nice Sophia Antipolis
à la Bibliothèque Louis Nucéra


Entre les lignes et les tranchées

Mercredi 1er octobre 2014 – 16 h
par Jean-Pierre Guéno, éditeur
au Centre universitaire méditerranéen


« Nice à la veille de la Grande Guerre »

Samedi 4 octobre 2014 – 15 h
par Jean-Loup Fontana, conservateur du patrimoine
au Théâtre de la Photographie et de l’Image


« 1914 - 2014 : la première guerre mondiale dans l’opinion allemande »

Mercredi 22 octobre 17 h

par Matthias Waechter, directeur général du Centre International de Formation Européenne

à la Bibliothèque Louis Nucéra


« Le cosmopolitisme à Nice durant la guerre »

Samedi 25 octobre 2014 – 15 h
par Yvan Gastaut, historien, maître de conférences à l’Université de Nice Sophia Antipolis
au Théâtre de la Photographie et de l’Image


« De la poudre aux moineaux »

Jeudi 30 octobre 2014 - 17h
par Claudie Gardon, auteure
à la Bibliothèque Louis Nucéra


« Hôtels et hôpitaux temporaires de la ville de Menton 1914-1919 »

Mercredi 5 novembre 2014 - 17h
par Jean-Claude Volpi, Société d’art et d’histoire du mentonnais
à la Bibliothèque Louis Nucéra


 « Un chasseur alpin imagier de la Grande Guerre : Gustav-Adolf Mossa »

Samedi 8 novembre 2014 – 15 h
par Jean-Paul Potron, bibliothécaire, service du Patrimoine historique de la Ville de Nice
au Théâtre de la Photographie et de l’Image


« Nice pendant la Grande Guerre »

Mercredi 12 novembre 2014 - 16 h
par Ralph Schor, historien, professeur des universités
au Centre universitaire méditerranéen


« De l’espionnage aux mesures contre les ennemis intérieurs dans les Alpes-Maritimes »

Samedi 15 novembre 2014 – 15 h
par Olivier Vernier, historien du droit, professeur à l’Université Nice Sophia Antipolis
au Théâtre de la Photographie et de l’Image


« Carnet de route d’un soldat musicien 1914-1919, manuscrit de Jules Gasiglia »

Samedi 22 novembre 2014 - 15h
spectacle-lecture par Christelle et Fernand Gasiglia
à la Bibliothèque Louis Nucéra


« Humbert Ricolfi et l’engagement politique de la génération du feu »

Samedi 6 décembre 2014 – 15 h
par Marc Ortolani, historien du droit, professeur à l’Université Nice Sophia Antipolis
au Théâtre de la Photographie et de l’Image


« Le retour des soldats tués à l’ennemi »

Samedi 13 décembre 2014 – 15 h
par Jacqueline Cuvier, docteur ès lettres
au Théâtre de la Photographie et de l’Image


Les héroïnes oubliées de la guerre 14-18

Mardi 10 mars 2015 – 16 h
par Martine Gasquet, ancien directeur de la culture de la ville de Nice
au Centre universitaire méditerranéen

 


 

L’Armée d’Afrique dans la Première Guerre mondiale.

Mercredi 17 juin 2015 – 16 h
par Jean Jacques Jordi, docteur en Histoire, qui évoquera la composition de l’Armée d’Afrique, et Pierre Montagnon, ancien militaire et essayiste, qui abordera le rôle de l’Armée d’Afrique pendant la première guerre mondiale.
au Centre universitaire méditerranéen


Regard sur les Italiens à Nice de la Restauration à l’Annexion (1814-1860)

Samedi 10 octobre 2015 – 15 h
Conférence de Simonetta Tombaccini Villefranque, responsable des archives italiennes aux Archives départementales des Alpes-Maritimes
aux Archives municipales de Nice


Bruno et Costante Garibaldi, morts pour la France

Samedi 31 octobre 2015 –15 h

Conférence d’Hubert Heyriès, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Montpellier III
A l’Espace Associations Garibaldi


La présence italienne à Nice (1880 à 1930)

Samedi 14 novembre 2015 –15 h
Conférence d’Yvan Gastaut, historien, maître de conférences à l’Université de Nice Sophia Antipolis

aux Archives municipales de Nice


LE CRI MUET DE L’IGUANE

Rencontre-dédicace « LES JEUDIS LITTERAIRES »

Jeudi 14 janvier - 18 heures
Entrée libre dans la limite des places disponibles
Aurélie de Gubernatis reçoit Daniel Picouly qui présente son dernier ouvrage

Jean Jules Joseph, le héros de la guerre 14-18, a débarqué de Fort-de-France en 1914, un poilu noir de vingt  ans qui rencontre la femme de sa vie, Marie, dans un hôpital près du front…
Mais Jules n’est pas ce glorieux héros qu’on admire en famille : en un clic d’ordinateur, son petit-fils en a eu la preuve.

L’écrivain : Daniel Picouly s’est imposé en 1996 avec son tout premier roman Le Champ de personne (Grand prix des lectrices de ELLE) puis avec L’enfant léopard (Prix Renaudot, 1999), où l’écrivain avait évoqué sa famille nombreuse (13 frères et sœurs). Il a publié aux Éditions Albin Michel La nuit de Lampedusa (2011) et La faute d’orthographe est ma langue maternelle (2012). Il anime l’émission littéraire « Page 19 » sur France Ô.
Le livre :   LE CRI MUET DE L’IGUANE
Jean Jules Joseph, mon grand-père, est né à la Martinique en 1893. Il a été un héros noir de la guerre de 14-18. A en croire, Paulette, ma mère, il l’aurait quasiment gagnée à lui tout seul. C’est la légende familiale qui m’a accompagné dont j’ai été nourri et que j’ai voulu écrire pour lui rendre hommage. Il a suffi de l’intrusion d’une historienne et d’un vieux carnet oublié au fond d’une malle pour mettre à bas ce récit héroïque et découvrir l’incroyable et tumultueuse histoire de mon grand-père.

Jean Jules Joseph a été élevé par de véritables Amazones.  Amoureux dès l’enfance d’Aurore, la fille du plus riche planteur de l’île, il a été le témoin direct d’un assassinat politique raciste, a survécu à l’éruption de la Montagne Pelée grâce à son iguane, a boxé contre le premier champion du monde noir des poids lourds, et s’est trouvé mêlé à une mystérieuse « guerre du rhum » à la Martinique. C’était avant de mettre le pied à Tarbes, de rencontrer Marie, ma grand-mère, d’établir notre famille et d’enfouir dans un carnet le secret de sa « vie d’avant nous ».

« Le cri muet de l’iguane, c’est ce secret qui vous égorge de l’intérieur, sauf à l’écrire. C’est ce que j’ai fait. »

Après Le champ de personne et Paulette et Roger, Daniel Picouly revient à sa mythologie familiale du côté des origines martiniquaises, des traditions fabuleuses, des amours contrariées et des secrets bien gardés avec cette verve de conteur, rythme et digressions mêlés, qui ré-enchante l’histoire du monde.

à la Bibliothèque municipale Louis Nucéra

Ateliers d’écriture

Mardis 16 septembre, 14 octobre, 18 novembre, 16 décembre – 9 h 30
Lundi 22 septembre – 10 h

Avec Claudie Gardon, à propos de son livre De la poudre aux moineaux

à la Bibliothèque Magnan

 

Rencontres-dédicaces

« Cimiez en guerre : hôtels et hôpitaux »

Samedi 11 octobre 2014 – 15 h
Rencontre avec Jacqueline Cuvier, auteure de L’Art funéraire à Nice (2010) et Les grands morts de la guerre 1914-1918 dans le Haut-Pays des Alpes-Maritimes (2014).
aux Archives municipales


« Autour de Jules Belleudy, défenseur du XVe Corps »

Mardi 11 novembre 2014 – 15 h
Rencontre avec Olivier Gaget – auteur de Un officier du 15e corps - Carnets de route et lettres de guerre de Marcel Rostin (1914-1916) (2008) et des Poilus juifs d’un régiment provençal (2014) – et Nadine Bovis-Aimar, archiviste
aux Archives municipales


« De la poudre aux moineaux »

Mardi 2 décembre 2014 – 15 h
Rencontre avec Claudie Gardon à la Bibliothèque Saint-Roch


« Henri Galli, Niçois mort au front en 1916 »

Samedi 13 décembre 2014 – 15 h
Rencontre avec Claudie Garon et Eva Sautel, auteures de De la poudre aux moineaux (2013)
aux Archives municipales


« Adolescents en guerre »

Mercredi 14 janvier 2015 – 16 h
Rencontre avec Arthur Ténor, auteur de Mémoire à vif d'un poilu de quinze ans (2007)
En partenariat avec « Lectures pour tous »
aux Archives municipales


« Autour de Désiré Sic, la vie de garnison à Nice avant la première guerre mondiale »

Samedi 17 janvier 2015 – 15 h
Rencontre avec Colin Miège, auteur d’Une guerre d'hommes et de machines, Désiré Sic un photographe du génie 1914-1918 (2014) et Désiré Sic, le parcours d'un militaire bas-alpin entre le Maroc et le front de France - 1904-1934 (2014).
aux Archives municipales