Expositions

1917, le temps des révolutions

8 avril au 21 juin 2017

Bibliothèque Louis Nucéra - 2, place Yves Klein - Nice

Dans le cadre des commémorations du Centenaire de la Guerre 14-18, la bibliothèque Louis Nucéra présente une exposition de documents imprimés, iconographiques et sonores de l’époque qui retracent les événements de l’année 1917.
Ces documents appartiennent aux riches fonds patrimoniaux de la BMVR.
1917, troisième année de la guerre, tant de morts et de blessés, la douleur, le deuil, la faim et aucun espoir de voir la guerre se terminer.
La Paix ! C’est ce que veulent les peuples de l’Europe. Mais le souhait des populations lassées de la guerre et de certains dirigeants comme le président des Etats-Unis Thomas Woodrow Wilson, s’oppose au besoin d’une paix avec la victoire pour les gouvernements, paix recherchée mais accompagnée de conditions exorbitantes qui la rendent impossible.
Le désir de paix envahit la société toute entière, provoque grèves et mutineries, renverse des gouvernements et chefs militaires et ira jusqu’à faire crouler un empire. Mais la guerre continue, de batailles meurtrières en carnages inutiles (Chemin des Dames, Passchendaele…) sur terre comme sur mer.
Les Etats-Unis, la Grèce, le Brésil, la Chine interviendront aux côtés des Alliés. A partir de juin, plusieurs dizaines de milliers de soldats débarqueront à Brest et Saint Nazaire, mais ils ne pourront donner leur pleine puissance qu’à la fin de l’année.
De nouvelles stratégies sont expérimentées : la guerre sous-marine à outrance, les attaques « brusquées ».
Le 15 décembre à Brest-Litovsk un armistice est signé entre la Russie bolchevique et les Puissances centrales.
Année de rupture, mais année de bouleversements ou d’espoir. La fin de l’empire russe, l’arrivée des bolcheviques au pouvoir en octobre c’est « la grande lueur à l’Est », le début d’une aventure qui marquera le siècle.

1917 a changé le destin du monde.

Textes, images, bibliographie, filmographie sur www.bmvr.nice.fr/patrimoine/guerre1914-1918

Télécharger le journal de l'exposition [PDF]

Bibliothèque Louis Nucéra
2, place Yves Klein - Nice. - 04 97 13 48 90

Entrée libre
Mardi-mercredi 10h-19h, Jeudi-vendredi 14h-19h. Samedi 10 h-18h. Dimanche 14h-18h (jusqu’à dimanche 11 juin)


1917 : Nice l’Américaine

1er mars au 29 septembre 2017

Aux Archives municipales - 7/9 avenue de Fabron- Nice

L’année 2017 marque le centenaire de l’entrée en guerre des Etats-Unis d’Amérique, aux côtés de la France et de ses alliés. Après le vote par le Congrès américain de la déclaration de guerre à l’Allemagne, le 6 avril 1917, c’est tout naturellement que la Ville de Nice rebaptise son célèbre quai du Midi en « quai des Etats-Unis ». Elle accueille en nombre les soldats américains permissionnaires en 1918-1919, à l’instar d’un certain Harry Truman, futur président des Etats-Unis. Avec le retour de la paix, les Américains reviennent sur la Côte d’Azur, hiver comme été, apportant avec eux le jazz, les bars américains, une certaine forme d’opulence et de joie de vivre. Leurs investissements permettent de rajeunir l’offre touristique de la ville, avec, par exemple, le magnifique Palais de la Méditerranée du milliardaire Franck Jay Gould, sur la Promenade des Anglais.

Sous le titre « 1917 : Nice l’Américaine », l’exposition montrera l’impact de la présence américaine à Nice, de 1787 (voyage de Jefferson) à la veille de la Deuxième Guerre Mondiale, sur le tourisme, les loisirs, les arts, les œuvres de bienfaisance. Elle sera accompagnée d’un catalogue bilingue. Elle associera le Service des Archives Nice Côte d’Azur (exposition, conférence, ateliers pédagogiques, animation musicale jazzy), le Service du Patrimoine historique (parcours urbain « Swing and Red Cross » sur les pas des Américains à Nice) et la Cinémathèque de Nice (cycle de films américains).

L’exposition a reçu le Label National de la Mission du Centenaire de la Première Guerre Mondiale et le Label de la Commission américaine du Centenaire (WWICC).
Horaires
Entrée libre - Du lundi au vendredi : 8 h 30 - 18 h
sauf les 17 avril, 1er, 8, et 25 mai, 5 juin, 14 juillet et 15 août
Ouvertures exceptionnelles :
les samedis 11 mars, 20 mai et 24 juin de 14 h à 18 h : visites commentées, conférence, concert
les samedi et dimanche 16 et 17 de 10 h à 18 h : visites commentées à l’occasion des journées européennes du patrimoine
Renseignements
04 93 86 77 44 ou archives@ville-nice.fr
Bus : arrêt Fabron - Musée d’art naïf
promenade des Anglais : lignes 8,9, 10, 11, 12, 23, 52, 59, 61, 70

 

Les expositions passées

 

 

1916 : l’enfer

13 juillet – 22 septembre 2016

Bibliothèque Louis Nucéra - 2 place Yves Klein, Nice - entrée libre

Brusquement, devant nous, sur toute la largeur de la descente, de sombres flammes s’élancent en frappant l’air de détonations épouvantables. En ligne, de gauche à droite, des fusants sortent du ciel, des explosifs sortent de la terre. C’est un effroyable rideau qui nous sépare du monde, nous sépare du passé et de l’avenir. [… ]
Puis on ne sait plus où tombent les décharges. Des rafales se déchaînent si monstrueusement retentissantes qu’on se sent annihilé par le seul bruit de ces averses de tonnerre, de ces grandes étoiles de débris qui se forment en l’air…
Extrait du roman Le Feu d’Henri Barbusse, 1916

1916, c’est sûr, la bataille décisive, celle qui apportera la victoire, celle qui mettra fin à la guerre aura lieu cette année et ce sera la victoire pour Noël. Personne ne sait encore combien cette année sera terrible, pas la plus sanglante de la guerre paradoxalement, mais la plus violente au combat, celle d’une sauvagerie encore inconnue, celle de Verdun, de la Voie Sacrée, de la Somme, celle qui dans un déchainement inouï de feu ouvra les portes de l’Enfer.
En décembre 1916, les nations en guerre sont épuisées, les morts innombrables, les veuves et les orphelins sont légion. Les peuples ont faim, peur. Les Etats-Majors et les gouvernants sont aveugles à leurs souffrances. Tout est en place pour que 1917 soit le Temps des Révolutions.

Une exposition de documents imprimés,  iconographiques et sonores de l’époque qui retracent les événements de l’année 1916. Ces documents appartiennent aux riches fonds patrimoniaux de la BMVR. 

Horaires

Jusqu’au mardi 30 août, horaires d’été : 13 h-18 h du mardi au samedi

Retour aux horaires habituels mardi 30 août :
Mardi-mercredi 10 h-19 h
Jeudi-vendredi 14 h-19 h
Samedi 10 h-18 h

Télécharger le journal de l'exposition [PDF]

Des Alpes aux Vosges, 1915-2015

10 mai au 30 juin 2016

A la bibliothèque municipale Raoul Mille (Gare du Sud) - 33 avenue Malausséna  – Nice

En 1915, les hommes mobilisés dans les Alpes ont en grande partie combattu dans les Vosges. Photographies d'archives et clichés de Daniel Pucet, peintre de l'Armée et photographe, témoignent, 100 ans après les combats, du paysage de la Grande Guerre en Alsace.

Exposition réalisée en partenariat avec le Musée des Troupes de Montagne de Grenoble et avec l’Amicale du 22e Bataillon de Chasseurs Alpins de Nice

Horaires

Mardi, mercredi, samedi de 10 h à 18 h.
Jeudi, vendredi de 14 h à 18 h

Accès

Tram : Ligne 1 - Bus : lignes 19 et 23 (arrêt Libération)

Chemins de fer de Provence : Gare de Nice

Nice 1915 : L'Italie entre en guerre

20 avril au 18 décembre 2015

Inauguration jeudi 23 avril 2015 à 18 heures

Aux Archives municipales - 7/9 avenue de Fabron- Nice

Après le basculement dans la guerre à Nice en 1914, replongez dans l’histoire avec l’exposition « Nice 1915 : l’Italie entre en guerre » à compter du 20 avril.
La Ville de Nice, à équidistance de Gênes et Marseille, et dont l’histoire moderne et contemporaine est autant française qu’italienne, a, surtout dans le contexte d’une immigration de labeur aux XIXe et XXe siècles, accueilli en nombre une population italienne, dont les descendants constituent l’apport majoritaire des Niçois d’aujourd’hui. Il importait de les associer tout particulièrement à cette commémoration nationale.
Découvrez tous ces Italiens qui ont construit la Nice de la Belle Epoque et ont servi durant la Première guerre mondiale, sous l’uniforme du royaume d’Italie ou celui de la République française. L’exposition évoque les événements politiques et militaires, mal connus souvent de ce côté-ci des Alpes, qui ont scandé ces années de guerre. Mais elle rappelle également le passé sarde de Nice avant 1860 et donne la part belle à la vie quotidienne de cette communauté dans nos quartiers, de Saint-Roch à Saint-Isidore : cigarières, nourrices, ouvriers agricoles, marbriers, menuisiers, maîtres d’hôtels…, au travail, dans les sociétés sportives, à l’église ou encore au théâtre…

Catalogue de l’exposition disponible gratuitement sur demande aux Archives de Nice : Nice 1915, l'Italie entre en guerre : exposition, 20 avril 18 décembre 2015, Archives de Nice, Palais de Marbre. Nice : Édition de la Ville de Nice, 2015. 1 vol. (46 p.) : ill. en coul. ; 28 cm. Texte français et trad. italienne à la suite. - Bibliogr. p. 44

Horaires
Entrée libre - Du lundi au vendredi : 8 h 30 - 18 h
sauf les 1er, 8, 14, 25 mai, 14 juillet et 11 novembre
Ouvertures exceptionnelles :
les samedis 23 mai, 20 juin, 10 octobre, 14 novembre et 5 décembre de 14 h à 18 h :
visites commentées, lecture, conférences, concert
Renseignements
04 93 86 77 44 ou archives@ville-nice.fr
En savoir + sur centenaire.nice.fr
Bus : arrêt Fabron - Musée d’art naïf
avenue de la Californie : lignes 9, 10, 12, 23, 34 /
promenade des Anglais : lignes 8, 11, 52, 59, 61, 70

Le journal de l'exposition [PDF]

1915 : la fin des illusions, une guerre nouvelle

4 juillet – 10 octobre 2015

Bibliothèque Louis Nucéra - 2 place Yves Klein, Nice - entrée libre

« Voici plus d'un an que dure la guerre ! 
Des millions de cadavres couvrent les champs de bataille. 
Des millions d'hommes seront, pour le reste de leurs jours, mutilés. 
L'Europe est devenue un gigantesque abattoir d'hommes. 
Toute la civilisation créée par le travail de plusieurs générations est vouée à l'anéantissement. 
La barbarie la plus sauvage triomphe aujourd'hui de tout ce qui, jusqu'à présent, faisait l'orgueil de l'humanité. »
                Extrait du Manifeste adopté comme conclusion des travaux de la Conférence de Zimmerwald, 5 septembre 1915

L’enlisement, c’est ainsi que Jean-Yves le Naour définit l’année 1915. Après les premiers mois de l’automne, la guerre s’étend à de nouveaux fronts en Afrique, au Moyen-Orient, à la frontière entre Italie et Autriche. Les événements, comme la déroute de la Serbie ou l’extermination planifiée des Arméniens, touchent autant les civils que les militaires. En France naît un « monde du front ». Ce territoire, vidé de ses populations, va du no man’s land séparant les belligérants jusqu’aux baraquements des zones arrières et crée une rupture territoriale sur la longueur du front sur deux cent kilomètres de profondeur.
De nouvelles armes, les terribles gaz, de nouvelles stratégies, la guerre sous marine, modifient le cours de la guerre, la conception même du combat. C’est une autre guerre, une nouvelle guerre, elle sera longue et épouvantable. 
Cette exposition retrace, à l’aide de documents imprimés et iconographiques d’époque appartenant à la BMVR de Nice, les événements et l’état d’esprit de cette année dramatique. Il convient tout particulièrement de mentionner la série des cartes postales Danza macabra europea d’Alberto Martini, dans sa très rare édition princeps de 1915, ainsi qu’un album-souvenir confectionné par un soldat du 114e régiment de l’armée de terre française comportant plus d’une centaine de photos inédites du front. Ces très riches collections ont été complétées par des prêts de particuliers. 

Horaires

Mardi-mercredi 10h-19h
Jeudi-vendredi 14h-19h
Samedi 10 h-18h

Télécharger le journal de l'exposition [PDF]

Nice 1914 : le basculement dans la guerre

Du 29 septembre 2014 au 3 avril 2015

Aux Archives municipales - 7/9 avenue de Fabron- Nice

L’exposition historique Nice 1914 : le basculement dans la guerre évoquera 

> Nice avant-guerre

  • Les hivernants : les hôtels, villas et le tourisme de luxe
  • La vie quotidienne des Niçois
  • Une ville de garnison
  • Le Carnaval de 1914

> Nice et les Niçois face à la guerre

  • L’état de siège, les réquisitions, le rationnement
  • Le XVe Corps, la bataille de Lorraine
  • La transformation des hôtels en hôpitaux
  • L’accueil de réfugiés

Les Niçois redécouvriront l’histoire de leur ville confrontée à l’Histoire nationale et à la tourmente européenne. Ils revivront les meilleurs moments du Carnaval de 1914 et les pires épisodes des batailles de Lorraine, Alsace et Champagne.

Journal de l'exposition

Horaires

Du lundi au vendredi de 8 h 30 à 18 h
Le mardi 11 novembre de 10 h à 18 h
Les samedi 11 octobre, 13 décembre, 17 janvier et 14 février de 14 h à 18 h

Renseignements : 04 93 86 77 44 ou archives@ville-nice.fr

Pour en savoir plus, un reportage sur AzurTV en deux parties :

 


Le plus bel été du siècle de Sarajevo à la Marne

Du 28 juin au 12 octobre 2014

A la Bibliothèque Louis Nucéra – place Yves Klein - Nice

Toute une génération a magnifié le souvenir de cet été là.

L’Europe était riche, puissante, le sentiment dominant était celui d’une progression constante de la société, de l’insouciance, de la foi dans le progrès.

Tout était nouveau, tout était possible. C’était la Belle Epoque.

Le tocsin, qui sonne en août dans les campagnes d’un clocher à l’autre, interrompt la moisson. Il est resté dans toutes les mémoires. Il annonce la guerre, la fin d’une époque, la fin d’un monde.

Tout a commencé à Sarajevo, le 28 juin 1914….

Journal de l'exposition


Mobilisation générale

Du 13 septembre au 11 octobre 2014

A la bibliothèque municipale Raoul Mille (Gare du Sud) - 33 avenue Malausséna  – Nice
Une exposition du musée des troupes de montagne de Grenoble

Inauguration vendredi 12 septembre à 18h

1er août 1914… Alors que résonne le tocsin, les Français découvrent les affiches ordonnant la mobilisation générale. Les tensions qui agitent l’Europe dépassent le domaine diplomatique et viennent percuter la vie de millions d’individus. Comment, dans les Alpes, les populations sont-elles préparées à cet événement ? Comment chaque foyer est-il concerné, quelles sont les réactions personnelles ? À travers le parcours de quelques habitants des montagnes, l’exposition Mobilisation générale met le visiteur au plus près des hommes, des femmes et des enfants qui vécurent les toutes premières heures de ce qui deviendra la Grande Guerre. Les témoignages présentés replacent le conflit dans la vie quotidienne des alpins, et permettent d’expliquer comment la population a pu accepter et supporter tant de sacrifices durant toute la guerre.

Le parours de l'exposition

Trois séquences plongent le visiteur dans l’été 14, celui du XXe siècle, celui du début de la Grande Guerre.
S’ouvrant sur le 28 juin et l’assassinat du prince François-Ferdinand de Habsbourg à Sarajevo, les différentes présentations résument les principales caractéristiques de la vie quotidienne en France, et particulièrement dans les Alpes, à cette époque. Au rythme vécu par les habitants de l’époque, par les grands titres des journaux, les visiteurs suivent les évolutions de la diplomatie, de l’ultimatum austro-hongrois à la mobilisation russe. Le mécanisme des alliances est détaillé par une courte animation vidéo.

Les trois premiers jours d’août méritent un arrêt particulier, autour de l’affiche de mobilisation collée dans une rue reconstituée et sonorisée, avec les commentaires des passants et leurs réactions lorsqu’ils découvrent cette décision inattendue.

Enfin, le visiteur assiste au départ à la guerre des conscrits et des réservistes, mais aussi à la façon dont la vie civile se réorganise, dans ce qui deviendra l’« arrière ».Cette exposition a reçu le label de la Mission nationale du centenaire de la Première Guerre mondiale.

Horaires

Mardi, mercredi, samedi de 10h à 18h.
Jeudi, vendredi de 14h à 18h

Accès

Tram:Ligne 1 arrêt Libération
Bus:ligne 23 arrêt Libération