Baptistin-Francois Rocca


Le 6 avril 1915, Baptistin-François Rocca, mon arrière-grand-père, soldat au 27e Bataillon de Chasseurs Alpins, tombait face à l’ennemi à l’Hartmannswillerkopf (surnommée la Mangeuse d’Homme). Typographe à Nice, rue Cassini puis rue Garnier, père d’un fils, Charles mon grand-père, qu’il n’aura jamais vu puisque né pendant son incorporation, il fut cité, à titre posthume, à l’ordre du 27e BCA et reçut la croix de Guerre avec étoile de bronze le jour même où le Bataillon recevait sa première citation à l’ordre de l’Armée pour cette même bataille. Issu d’une ancienne famille niçoise, fils de Pierre-Jean Rocca et de Françoise Rostan, il résidait avec sa femme au 48, rue Beaumont. Il tombera, ainsi que ces 2 autres frères, Maximim (Somme 1916) et Hospice-François (Grèce 1917) durant ce conflit. Il ne fut pas un illustre soldat que l’Histoire a retenu, mais c’était un Diable Bleu, c’était mon arrière-grand-père, c’était il y a 100 ans. Régis Rocca, graphiste à Nice, le 6 avril 2015.