Jean-Baptiste Thérésius CAUVIN

Nom : Cauvin

Prénom(s) : Jean-Baptiste Thérésius

Né le : 25 Mars 1894

à : Nice (06)

Mort le : 21 Décembre 1914

à : Lombaertzyde (Flandre-occidentale, Belgique)

Cause du décés : tué à l'ennemi

Régiment : 163e RI

Profession :

Fils de : Jean-Baptiste

et de feu Palmirami Irène

état marital : célibataire

Nb d'enfants : 0

Dernière adresse : 17 rue Droite

    Galerie photos - Jean-Baptiste Cauvin

    2014-08/PR38_81 ( LE PETIT NICOIS du 23 Janvier 1915).jpg 2014-08/PR38_81 ( LE PETIT NICOIS du 6 Mars 1915).jpg 2014-08/PR38_83 ( LE PETIT NICOIS du 28 Juillet 1915).jpg

    Témoignage - Jean-Baptiste Cauvin

    Jean-Baptiste Thérésius CAUVIN, né le 25 mars 1894 à Nice (Alpes-Maritimes), soldat au 163e Régiment d’infanterie, le régiment niçois, tué à l'ennemi dans un assaut à la baïonnette le 21 décembre 1914 à Lombaertzyde (Flandre-occidentale, Belgique), à l’âge de vingt ans. La nouvelle de sa disparition est parvenue à Nice environ un mois après mais son père n’est informé officiellement de son décès que le 5 mars 1915.

    Fils de Jean-Baptiste CAUVIN et de feu Irène PALMIRAMI, célibataire, employé d’octroi puis employé à l’hôpital Saint-Roch, il était domicilié 17 rue Droite chez son père, lui-même employé à la maison Béri et Cie.

    Châtain, yeux châtains, mesurant 1 m 60, c’était un appelé de la classe 1914 (n° matricule Nice 1833), incorporé immédiatement et sans délai à compter du 7 septembre.

    Le Petit niçois lui consacre un article nécrologique dès le samedi 23 janvier 1915 puis de nouveau le 6 mars, lorsque le décès devient officiel.

    Il figure sur le monument aux morts de Rauba Capeù à Nice, aux côtés de son camarade, le jeune comptable André Cottalorda, tombé peu de temps après, le 23 avril 1915, et enterré au carré militaire de Caucade.

    Cauvin a été choisi pour incarner le symbole de cette jeunesse niçoise tombée au champ d’honneur dans le cadre de l’opération 100 villes, 100 drapeaux, 100 hommes, du ministère de la Défense, le 6 septembre 2014.

    Sources : Archives municipales de Nice, 3 H 29 et 1 W 366 – Archives départementales, 1 R 631 Mémoire des hommes – Le Petit niçois